Quelle différence entre l'épilation laser et à lumière pulsée

Lumière pulsée et laser : Quelle différence ?

Il est essentiel de présenter l’idée de la photothermolyse sélective pour bien comprendre le fonctionnement des traitements les plus modernes et les plus efficaces et des meilleurs instruments d’épilation – le laser et la lumière pulsée. Ces deux approches reposent sur cette prémisse. Contrairement à l’épilation traditionnelle, elles visent à éliminer les poils de façon permanente ou définitive plutôt qu’à les retirer simplement.

« De courtes rafales de rayonnement optique absorbé de manière sélective peuvent produire des dommages sélectifs aux structures pigmentaires, aux cellules et aux organites in vivo », selon Anderson et Parrish en 1983. En pratique, cela se traduit par une succession d’impulsions lumineuses qui ciblent le poil et l’identifient en fonction de sa couleur.

Les chromophores, qui sont des groupements d’atomes déterminant la teinte d’une substance, permettent la sélectivité au cœur de cette technique. Le fait de cibler le chromophore avec suffisamment d’énergie et pendant une période de temps adaptée au traitement de ce médicament particulier entraîne sa surchauffe et, par conséquent, un certain nombre d’effets secondaires.

Comme chaque surface possède son propre ensemble de qualités physiques et chimiques, les critères d’application de cette technologie varient en fonction de l’application et de l’objectif. Lorsqu’elle est utilisée pour l’épilation, que ce soit par laser ou par lumière pulsée, elle doit être réglée sur des paramètres exacts et adaptés à la tâche. On peut en dire autant pour toute autre application.

Le laser et la lumière pulsée sont tous deux basés sur la photothermolyse sélective, et partagent donc le même principe. Les deux procédures peuvent sembler identiques à première vue, mais un examen plus approfondi révèle un certain nombre de différences significatives. La première différence, et probablement la plus importante, est la source de lumière utilisée. Voyons donc de plus près de quoi il s’agit.


Différentes longueurs d’onde

Les ondes avec la lumière pulsée

L’emploi d’une seule longueur d’onde sélectionnée caractérise le laser et le distingue de la lumière pulsée. Cette lumière, calibrée spécialement pour l’épilation, frappe un par un tous les poils de la zone à traiter : le faisceau laser est dirigé directement sur la mélanine du poil, atteignant la phase active du follicule et y exerçant son action. La chaleur qui en résulte dévitalise le poil et l’empêche de repousser. Par conséquent, le laser se concentre sur une seule cible et agit sur elle sans interagir avec une autre surface.

Bien que le laser soit l’une des techniques d’épilation les plus utilisées au monde, le débat sur les effets réels qu’il peut produire est toujours d’actualité : des années plus tard, il est toujours impossible de dire avec certitude si la perte de poils après un cycle de séances est réellement permanente. Les résultats, selon un article publié dans le Journal of The American Academy of Dermatology, confirment cette hypothèse. L’examen d’un patient qui avait bénéficié d’une thérapie au laser il y a 19 ans a révélé que l’effet final est encore visible. Cette étude, en particulier, démontre l’efficacité de la méthode lorsqu’elle est utilisée plusieurs fois au même endroit ; après une seule séance, la proportion de poils définitivement éliminés serait plus faible.

Découvrez  Comment se raser le dos soi-même à la maison ?

La lumière pulsée, contrairement au laser, utilise un flux lumineux multispectral non sélectif. Cela implique que chaque impulsion émise par l’épilateur frappera toute surface avec laquelle elle entre en contact à une longueur d’onde de 490 à 1180 nanomètres, sans viser une cible spécifique. Comme il s’agit d’un faisceau étiré plutôt que d’un faisceau unique, il est plus rapide de traiter de larges zones de la peau.

Si la lumière pulsée a l’avantage d’être moins gênante, les résultats sont souvent plus légers que ceux d’une thérapie au laser.

De nombreuses recherches approfondies sur l’utilisation de nouvelles procédures d’épilation ont montré que la photoépilation – dans laquelle les traitements au laser et à la lumière pulsée sont utilisés – est très efficace, surtout lorsqu’elle est appliquée correctement. À cet égard, la littérature scientifique s’accorde à soutenir l’utilité des deux procédures, à condition qu’elles soient utilisées correctement.

=> Découvrez le meilleur épilateur pour visage pour femme dans notre comparatif !


Quels sont les facteurs qui influencent le résultat de la photo-épilation ?

Le cycle de la photo épilation

Que l’on utilise un laser ou une lumière pulsée, le poil doit être en phase anagène, ou phase de croissance, pour que la méthode de photothermolyse sélective soit efficace. Chaque poil ayant son propre cycle de vie, une séance n’aura d’effet que sur les poils qui sont en train de pousser à ce moment-là, laissant les autres intacts. Par conséquent, l’épilation totale nécessitera de nombreuses séances de photo-épilation, au cours desquelles vous frapperez chaque poil en phase anagène de temps en temps.

Le nombre de séances disponibles

Selon les spécialistes, le nombre moyen de séances nécessaires pour obtenir des résultats d’une certaine épaisseur varie de 6 à 8 : ce n’est qu’à ce moment-là que tous les poils seront complètement éliminés et visibles. Il est évident que ce nombre varie d’une personne à l’autre, en fonction du phototype, de l’épaisseur des poils, de l’âge et d’éléments hormonaux propres à chacun.

Stades hormonaux et âge

Divers facteurs peuvent avoir un impact sur la durée et le résultat final d’une thérapie de photoépilation. Tout d’abord, en abordant les préoccupations trichologiques, il est important de noter que l’âge est un facteur décisif : les changements d’étapes de la vie suggèrent des changements significatifs dans l’activité hormonale humaine, en particulier chez les femmes.

La ménopause et la puberté, par exemple, peuvent avoir un impact négatif sur l’efficacité du traitement, car la stabilité hormonale est liée à ces deux événements. L’utilisation de la photoépilation avant la stabilisation du cycle menstruel, en particulier, peut être inefficace, voire nuisible. De même, il est extrêmement déconseillé aux hommes de s’y adonner avant l’âge de dix-huit ans.

Grossesse

Un argument similaire peut être avancé pour la photo-épilation pendant la grossesse : les niveaux élevés d’œstrogènes observés pendant cette période provoquent non seulement la croissance de poils là où il n’y en avait pas auparavant, mais perturbent aussi momentanément le cycle de vie. Cela a un impact sur la phase dite télogène, qui suit le développement du poil et correspond à une période de repos à l’issue de laquelle le poil tombe naturellement. Cette période est retardée par l’activité hormonale générée par la grossesse, qui l’empêche de tomber et le fait s’épaissir considérablement.

Découvrez  Comment s’épiler à la cire froide ?

En outre, une recherche publiée dans l’International Journal of Women’s Dermatology a clairement démontré le peu d’informations sur l’utilisation sûre de l’épilation au laser pendant la grossesse. Par conséquent, bien que la photoépilation soit généralement considérée comme sûre, les médecins et les esthéticiennes s’accordent à dire qu’elle ne doit pas être utilisée comme stratégie préventive.

Il est préférable de remplacer la photo-épilation par un traitement aussi doux et naturel que possible, tel que l’épilation au sucre, surtout pendant une phase aussi sensible.


La lumière pulsée et les pigments : L’importance de la mélanine

Quel est le cycle de vie du poil

La mélanine est le chromophore responsable de la pigmentation de la peau et des cheveux. La réussite d’un traitement de photo-épilation est en grande partie déterminée par la teneur en mélanine du poil : plus la concentration est élevée, plus les séances de laser et de lumière pulsée seront réussies. En réalité, l’impulsion lumineuse est dirigée vers les pigments les plus foncés, où elle a un effet plus fort tout en épargnant les tissus environnants. La mélanine absorbe des longueurs d’onde comprises entre 600 et 1100 nanomètres, et les appareils de photo épilation travaillent précisément sur ces valeurs.

Par conséquent, pour qu’un traitement au laser ou à la lumière pulsée soit efficace, il doit y avoir un contraste de couleur distinct ou au moins évident entre la peau et les poils. Par conséquent, le candidat optimal pour cette forme d’épilation à un phototype très clair et des poils foncés. Il a également été démontré que la photothermolyse sélective fonctionne sur un large éventail de teintes et de combinaisons qui ne sont pas toujours aussi spectaculaires.

Le seul véritable inconvénient de la photoépilation est que les poils blancs et blonds, qui manquent de mélanine ou en sont totalement dépourvus, sont incapables d’absorber la lumière et ne sont donc pas affectés par celle-ci.

En ce qui concerne les poils roux, leur élimination par le laser – plus précisément le laser alexandrite – est nettement plus facile que celle par la lumière pulsée. Il s’agit donc d’une opération qui ne doit être confiée qu’à un médecin ou à une esthéticienne hautement qualifiés qui savent comment organiser efficacement chaque séance.

L’utilisation du laser et de la lumière pulsée sur les phototypes foncés, allant de IV à VI sur l’échelle de Fitzpatrick, est généralement déconseillée en raison du risque accru d’effets délétères. La dépigmentation, les croûtes, les œdèmes, les ampoules et, par conséquent, les cicatrices font partie des effets secondaires potentiels d’une utilisation incorrecte de la photoépilation. Ce phénomène a été bien documenté dans la littérature scientifique.

Les peaux brunes peuvent être traitées, notamment avec le laser Nd:YAG, qui est particulièrement efficace sur les phototypes IV-VI.


La structure et le cycle de vie du poil. Quel effet ont-ils sur la lumière pulsée ?

Pour bien comprendre le fonctionnement de la photoépilation, il est nécessaire d’examiner la structure et le cycle de vie du poil. Ces éléments sont intimement liés au bon fonctionnement de la photothermolyse sélective, car ils n’influencent le résultat réel de l’épilation que s’ils sont traités correctement et au bon moment.

Découvrez  Où sont jetées les lames de rasoir ?

L’unité pilo-sébacée est constituée par le poil dans son ensemble. La tige du poil, le follicule pileux, la glande sébacée et le muscle érecteur du poil font tous partie de ce système. À l’exception des surfaces palmaires et plantaires, les unités pilo-sébacées sont présentes sur tout le corps.

Nous avons déjà discuté de la façon dont le laser et la lumière pulsée fonctionnent de manière différente bien qu’ils reposent sur le même mécanisme de photothermolyse sélective.

Dans le langage courant, l‘expression « épilation laser DIY » est largement utilisée pour désigner l’un ou l’autre des appareils de photo-épilation disponibles pour le grand public. Cela montre à quel point les connaissances à son sujet sont limitées, ce qui peut entraîner des malentendus ou des attentes erronées chez les personnes qui choisissent de l’utiliser. Par conséquent, il est essentiel de résoudre cette question une fois pour toutes.

En réalité, parler de laser à usage domestique est absolument incorrect, car seule la technologie de la photoépilation par lumière pulsée est acceptable à cette fin. Après cela, examinons en profondeur les causes de cet écart.

=> Pour voir les risques de la lumière pulsée, lisez cet article !


En résumé

Selon une étude publiée dans le British Journal of Dermatology, une comparaison entre le laser et la lumière pulsée montre que, si les deux techniques permettent d’éliminer définitivement les poils, le laser donne de meilleurs résultats. En particulier, on observe une forte réduction des poils dans les deux cas : si l’on examine les résultats 12 mois après le dernier traitement, le laser à diode affiche une moyenne de 69,2 % contre 52,7 % pour la lumière pulsée. Dans les deux cas, cependant, il n’y a pas d’effets indésirables notables.

La complexité du laser implique qu’il ne doit être manipulé que par des professionnels, contrairement à la lumière pulsée, qui peut être utilisée à la maison en prenant les précautions nécessaires et en réduisant la puissance. Les épilateurs à lumière pulsée disponibles sur le marché peuvent donner d’excellents résultats à un coût raisonnable, même s’ils ne peuvent garantir les mêmes résultats que ceux obtenus dans les centres spécialisés.

Comme la photoépilation affecte le pigment, le meilleur candidat pour une thérapie à la lumière pulsée est une personne au teint pâle et aux poils noirs et épais. Par conséquent, la procédure ne fonctionne pas sur les poils blancs ou extrêmement clairs. Il en va de même pour les poils roux et les teints foncés (échelle IV et V de fitzpatrick), qui peuvent être traités avec des lasers particuliers.

=> Pour découvrir les avantages de la lumière pulsée, lisez cet article !

Rate this post
Soigne Tes Poils Persona

Pierre

Barbier - Coiffeur à Soigne Tes Poils // Plus de publications

Magicien des bons plans !

Retour en haut
Retour haut de page