Est-ce que l'épilation à lumière pulsée est efficace

La lumière pulsée à la maison : Est-ce vraiment efficace ?

L’intérêt pour la photoépilation n’a cessé de croître de manière exponentielle depuis les premières recherches sur l’utilisation dermatologique de la lumière pulsée, menées en 1993. L’invention d’une méthode garantissant l’élimination permanente et à long terme des poils indésirables a presque immédiatement attiré l’attention du marché, d’abord pour la distribution dans les centres de beauté spécialisés, puis pour la vente directe.

Quelle est la fascination pour l’épilation ?

En analysant les nombreux systèmes d’épilation assistée par laser, R. W. Gansel a souligné que, depuis 1996 en particulier, la communauté scientifique a constaté une forte augmentation de l’intérêt pour la photoépilation, avec une demande croissante et, par conséquent, la nécessité de créer des appareils pouvant être utilisés à domicile. Par conséquent, la recherche des articles qui seront mis sur le marché s’est concentrée sur trois aspects essentiels : la sécurité, la commodité et l’efficacité.

Si la gestion de la lumière pulsée était auparavant l’apanage des professionnels de la beauté, l’introduction des épilateurs à usage domestique a complètement renversé la perspective : l’ergonomie et la simplicité sont passées au premier plan des besoins du consommateur, qui n’exige plus seulement des résultats durables, mais aussi la possibilité concrète de les obtenir chez lui, en peu de temps et avec un effort minimal.

Il est clair que l’exigence de développer des appareils qui ne nécessitent pas de compétences particulières a entraîné un certain nombre de modifications par rapport aux machines professionnelles, qui sont incontestablement plus efficaces sur le plan technologique mais nettement moins abordables. En conséquence, le développement de ces appareils s’est concentré sur la technologie à faible rayonnement, plus adaptée à un usage personnel que la technologie à fort rayonnement utilisée dans les instituts de beauté. La recherche d’un bon compromis entre le coût, la sécurité et l’utilité a finalement donné naissance à une gamme large et diversifiée d’épilateurs à lumière pulsée.


Quel est le mécanisme de la lumière pulsée ?

La notion de photothermolyse sélective est à la base des mécanismes de la lumière pulsée et du laser. L’absorption variable d’un faisceau lumineux à différentes longueurs d’onde par un tissu biologique – dans notre exemple la structure du poil – et ses ramifications sont des manifestations de ce phénomène. En effet, la chaleur créée par la lumière peut provoquer divers événements déclenchés, dont la détérioration du poil et, par conséquent, l’arrêt du cycle de vie du poil.

Les technologies de l’épilation à la cire et de l’épilateur sont basées sur un processus totalement différent de celui-ci. Découvrez les distinctions entre ces trois traitements d’épilation.

Les appareils d’épilation, en particulier, utilisent des filtres passe-bande pour émettre des impulsions de haute intensité de lumière pulsée incohérente polychromatique. Ces impulsions ciblent spécifiquement le follicule pileux, qu’elles identifient par sa teneur en mélanine. Exposée à la chaleur, celle-ci réagit en se désactivant. La littérature scientifique, qui a consacré diverses enquêtes et réflexions à cet impact, est bien documentée.

=> Découvrez le meilleur épilateur définitif Philips dans notre comparatif !


Sécurité et lumière pulsée Peut-on lui faire confiance ?

La lumière pulsée a acquis au fil du temps une légitimité croissante, comme en témoignent plusieurs recherches consacrées à la photoépilation, en raison des excellents résultats obtenus par le grand public et des fortes exigences de sécurité qui la caractérisent.

L’objectif fondamental des personnes travaillant dans ce secteur est de fournir aux consommateurs un produit fiable offrant un équilibre optimal entre efficacité et sécurité. Par conséquent, tous les épilateurs mis sur le marché doivent répondre à des critères spécifiques visant à préserver la santé de l’utilisateur final : dépendre d’un produit conforme aux normes est toujours une garantie de qualité, et c’est donc le premier élément à prendre en compte pour choisir le modèle le plus approprié.

Règle n° 1 :Lire les instructions

Il est clair que la sécurité de cette technologie dépend de sa bonne application : pour obtenir les meilleurs résultats tout en protégeant l’intégrité de la peau, il est nécessaire de suivre strictement les instructions et les suggestions des professionnels.

L’European Society for Laser Dermatology a élaboré des recommandations détaillées pour une utilisation correcte de la lumière pulsée. Tout d’abord, les paramètres de la machine doivent être configurés en fonction des caractéristiques personnelles :

  • Epaisseur du poil
  • Concentration de pigments dans le poil Phototype

La majorité des épilateurs de la génération actuelle sont équipés de capteurs qui détectent automatiquement ces données et les utilisent pour calibrer l’appareil. Cela garantit encore plus de sécurité en éliminant le risque de faire des erreurs dues à la distraction ou à l’inexpérience.

D’un point de vue pratique, la lumière pulsée et, plus largement, la photoépilation se sont révélées être des alternatives sûres et efficaces à des approches plus dépassées. Les deux conditions suivantes sont nécessaires pour que ces avantages se produisent :

  • L’application correcte du gadget
  • Appliquez la thérapie sur une peau propre et saine.
  • Selon des études sur les caractéristiques cliniques de l’épilation au laser et à la lumière pulsée, cette dernière s’est avérée être une procédure fiable à court et à long terme. L’érythème cutané et les modifications de la pigmentation de la peau sont deux des effets indésirables les plus courants. En revanche, ces réactions sont rares et de courte durée.

Contre-indications et facteurs de risque

Les résultats de la photoépilation sont soumis à des facteurs purement personnels, comme pour toute thérapie médicale ou esthétique ; chaque cycle de séances doit donc être précédé d’un test sur une petite partie du corps, afin de s’assurer que le faisceau lumineux ne cause pas de difficultés à l’épiderme. Bien qu’elle soit bien tolérée par la quasi-totalité des personnes qui l’utilisent, la lumière pulsée peut provoquer des brûlures et des lésions de toutes sortes chez les personnes incompatibles avec cette forme de traitement.

Photoépilation. Quand est-il préférable de s’en abstenir ?

Pour réaliser une épilation en toute sécurité, il faut d’abord s’assurer que la zone à traiter est parfaitement saine. La lumière pulsée peut clairement constituer un facteur de danger en présence de maladies de la peau, car elle risque de surchauffer les tissus déjà affectés. Bien que généralement sans danger, si la peau n’est pas totalement intacte et saine, cette procédure doit être évitée.

Quand faut-il éviter de subir une séance de photoépilation ? Lorsque l’une des circonstances suivantes se produit :

  • Eczéma
  • Lésions sur la peau
  • Herpès
  • Plaies
  • Brûlures
  • Dermatite

La lumière pulsée est fortement déconseillée dans toutes ces circonstances, du moins jusqu’à la guérison complète de la région à traiter. Il sera toujours indispensable de contacter un professionnel de la dermatologie à ce moment-là pour autoriser le début d’un cycle de traitement.

L’importance de la protection des yeux et de la peau

Enfin, il est communément considéré que l’utilisation de la lumière pulsée en présence de grains de beauté sur la peau pourrait être nocive. Ce n’est pas tout à fait exact : la photothermolyse sélective est actuellement largement utilisée en dermatologie pour l’éradication des grains de beauté mélanocytaires et des lésions hyperpigmentées en général, comme les taches de rousseur. Malgré son efficacité bien documentée, l’utilisation de la lumière pulsée pour le traitement des grains de beauté est encore réservée aux cliniques médicales et cosmétiques professionnelles. En réalité, la détermination de l’adéquation du grain de beauté au traitement nécessite des méthodes spécialisées et des examens préalables rigoureux.

Il est également essentiel d’éviter d’incorporer des grains de beauté ou d’autres lésions cutanées dans le traitement des appareils destinés à un usage domestique. En cas de doute sur le caractère atypique ou éventuellement nocif des grains de beauté, il est fortement conseillé de les dissimuler avec des patchs ou un crayon de maquillage blanc, en plus de consulter un dermatologue très rapidement. Ils seront ainsi protégés des effets de la lumière et ne connaîtront pas de problèmes en conséquence.

Il en va de même pour les yeux : bien que la lumière pulsée puisse être utilisée dans le corps médical pour traiter des troubles tels que la sécheresse oculaire, il est toujours préférable de couvrir les yeux avec des lunettes sombres qui sont correctement couvertes pendant un traitement d’épilation. En effet, bien que moins intense qu’un laser, le faisceau lumineux pourrait infliger des dommages catastrophiques à la rétine. En revanche, la plupart des épilateurs disponibles sur le marché comportent des mécanismes qui interdisent le déclenchement des impulsions s’ils ne sont pas en contact direct avec la peau.


Quand la lumière pulsée est-elle inefficace ?

Quand est-ce que la lumière pulsée est inneficace

La véritable restriction majeure de la technologie de la lumière pulsée est qu’elle ne peut pas être utilisée correctement sur les personnes ayant une couleur de peau plus foncée. Nous avons déjà vu comment la photothermolyse sélective différencie le follicule des tissus environnants en provoquant une pigmentation. Il va sans dire qu’un phototype clair avec des cheveux foncés et une forte teneur en mélanine est le meilleur sujet pour obtenir les meilleurs résultats.

En revanche, si la peau est plus foncée, avec un score de Fitzpatrick de IV à VI, une quantité importante de pigments interfère avec le faisceau lumineux, l’empêchant de choisir le poil. L’effet de la lumière pulsée est donc annulé, ce qui la rend inutile sur les teints de couleur.

Thomas Fitzpatrick, dermatologue à la Harvard Medical School, a développé l’échelle de Fitzpatrick en 1975. Il s’agit d’un moyen de classer le teint d’une personne en fonction de sa tolérance au soleil. Elle est désormais utilisée en médecine esthétique pour évaluer la sensibilité d’un individu à des traitements spécifiques, tels que la photoépilation. Les phototypes sont classés de I à VI, I étant le plus clair et VI le plus foncé.

La lumière pulsée est inefficace sur les types de peau IV-VI, selon les preuves scientifiques, et l’utilisation du laser Nd:YAG est recommandée pour ces phototypes. Parmi les différents types de lasers, c’est le seul capable d’avoir un bon effet sur les teints foncés.

Le problème de la carence en mélanine

La lumière pulsée, comme les lasers, ne peut avoir aucun effet en présence de poils clairs et blancs, comme nous le savons tous. L’absence partielle ou totale de mélanine dans le cortex du cheveu explique cette inefficacité : une matière dépourvue de chromophores est invisible pour le faisceau lumineux et donc exclue de son action sélective.

Il en va de même pour les cheveux roux, dont la pigmentation est régie par la phéomélanine, comme indiqué précédemment. La lumière pulsée est également inefficace pour distinguer les poils dans ce scénario, il est donc inutile de l’utiliser.

Cependant, une étude menée en collaboration avec l’Iranian Medical Laser Association a révélé que la lumière pulsée peut opérer avec succès sur des poils blancs préalablement teints dans de nombreuses circonstances. Le traitement de patientes atteintes d’hirsutisme avec un eye-liner noir et une couleur de cheveux a donné d’excellents résultats, le traitement s’avérant utile dans presque tous les cas. Soixante-et-un des 62 personnes interrogées, réparties de manière égale entre l’eyeliner et la couleur de cheveux, ont obtenu de bons effets.

Par conséquent, il semble qu’il vaille la peine d’étendre cette possibilité afin d’obtenir un développement continu et de permettre à un plus grand nombre d’individus de bénéficier de la technologie de la lumière pulsée.


En résumé

Pour surchauffer le follicule pileux et désactiver ses processus normaux, la lumière pulsée exploite le principe de la photothermolyse sélective. Ce processus stoppe le cycle de vie du poil, l’empêchant ainsi de pousser définitivement. Cette technologie a piqué la curiosité du marché, ce qui a entraîné une forte hausse de la demande d’appareils à lumière pulsée à usage domestique.

Ainsi, si l’accès à ce type de thérapie était autrefois limité à la recherche médicale et esthétique, nous avons aujourd’hui accès à un large éventail d’articles sur le marché. Toutes les études réalisées suggèrent que ces appareils sont une option viable pour la photoépilation à domicile. Par rapport aux traitements conventionnels, la cire et les épilateurs sont encore couramment utilisés dans le domaine esthétique, bien qu’ils ne garantissent pas les mêmes bénéfices à long terme.

=> L’épilation est-elle mauvaise pour la santé ? La réponse dans cet article !

Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page